La lettre d'infos de mai est arrivée ! - L'Eglise Catholique à Reims et dans les Ardennes

Actualités

Publié le 16 mai 2021

La lettre d’infos de mai est arrivée !

La lettre d’infos mensuelle du diocèse arrive dans vos Espaces Missionnaires. Distribuées à la sortie des messes dominicales, cette lettre d’informations donne les actualités diocésaines pour le mois de mai.

Au sommaire de cette nouvelle lettre d’infos – mai 2021

« Apôtres d’hier et d’aujourd’hui » – Edito de Mgr Bruno Feillet

Lorsqu’il a fallu remplacer Judas pour retrouver le chiffre de douze apôtres, les critères furent qu’il fallait avoir accompagné le Seigneur depuis le baptême de Jean jusqu’au jour où il est monté au Ciel. Il ne se trouva que deux hommes pour remplir ces conditions. C’est Matthias qui fut tiré au sort.

Ces douze apôtres avaient donc vu et entendu Jésus non seulement durant toute sa vie publique mais aussi après sa résurrection et jusque son ascension au Ciel. Depuis leur mort, il n’y a plus tout-à-fait d’apôtres comme eux mais des évêques qui assurent la fidélité à l’héritage reçu.

Notre foi vient de ces hommes et finalement de l’ensemble de l’Eglise. Si on y réfléchit bien, une question fondamentale se pose : le témoignage des premiers apôtres par les évangiles, les Actes et les nombreuses lettres est-il recevable ? Le témoignage de « partisans » n’entache-t-il pas radicalement leurs propos ? Cette question n’est pas neuve mais il vaut la peine de la traverser pour vérifier que notre foi n’est pas vaine et que nous n’avons pas été trompés.

Tout d’abord, il existe des témoignages écrits qui ne viennent pas des premiers chrétiens et qui évoquent la personne du Christ. Un juif comme Flavius Joseph ou un romain comme Pline le jeune en sont les auteurs. L’existence de Jésus n’est pas contestable pour les historiens.

Ensuite, il est clair que les témoins ne se sont pas faits plus beaux qu’ils n’étaient dans les récits qu’ils ont transmis. Leurs trahisons et leurs disputes sont connues. Les pardons reçus et les réconciliations manifestées entre eux font aussi partie de leur héritage.

Certes, il y a des incohérences que l’on peut constater entre les évangiles ou entre les Actes des apôtres et les lettres de Paul. Cela prouve au moins qu’il n’y pas eu une plume pour « lisser les textes » et « forcer une vérité ». En réalité tous les premiers témoins disent la vérité mais aucun ne pouvait dire toute la vérité. Ils sont cependant d’accord sur le cœur de la foi, la mort et la résurrection de Jésus selon les Ecritures.

Enfin, n’oublions pas qu’aucun des apôtres ne s’est enrichi ou n’a profité de sa proximité avec Jésus pour obtenir une position plus favorable. Ils ont assumé le choix du Christ et ont préféré mourir dans le martyre au lieu de préserver leur vie. On ne meurt pas pour un mensonge. Ils ne se sont pas assassinés les uns les autres non plus pour prendre la place de Pierre. Et si parmi leurs successeurs, certains Papes n’ont pas été à la hauteur de l’héritage, aucun n’a remis en cause le dépôt de la foi.

Ainsi donc, c’est avec assurance que nous proclamons la foi des apôtres, témoins du Christ de son baptême jusqu’à son Ascension, que nous vivons de cette foi et que nous devenons « apôtres»
à notre tour.

+ Bruno Feillet


Partager

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.