Le denier : les actualités - L'Eglise Catholique à Reims et dans les Ardennes
Accueil | S’engager et annoncer

Le denier : les actualités

Le denier : les actualités

Qu’est-ce que le denier ?

Créé par l’Église catholique en France après la séparation de l’Église et de l’État en 1905, le « denier du clergé » a été institué pour permettre aux prêtres de recevoir leur traitement (qui était jusque là, pris en charge par l’État). L’Alsace-Moselle reste le seul endroit où le traitement est encore pris en charge par l’État. Ailleurs, le denier est alimenté par des collectes de dons réalisées auprès des fidèles.

Cette collecte s’est ensuite appelée « denier du culte » avant d’évoluer en 1989, vers le « denier de l’Église ».

Le terme de « denier » est un peu désuet, mais les catholiques tiennent à le conserver, car le denier n’est pas un don comme un autre : Il fait appel à un sentiment d’appartenance ou de fidélité envers l’Église. Il permet une juste rémunération à ceux qui sont en charge d’annoncer l’Évangile.

Notre Diocèse de Reims et des Ardennes compte 71 prêtres actifs ou à la retraite, ainsi que 20 laïcs salariés.

Le denier est un don volontaire, il n’y a pas de tarif ! Chacun donne en conscience, selon ses possibilités.

A quoi sert le denier ?

Les dons au denier sont importants pour les besoins pastoraux de l’Église.

Pour notre Diocèse de Reims et des Ardennes , le denier représente 32% de ses ressources.
C’est une ressource importante !

Lorsqu’un donateur verse au denier, son don est spécifiquement attribué au traitement des prêtres. Il couvre leurs charges sociales, formations, logements et frais personnels. Le denier permet aussi une juste rémunération aux laïcs salariés du diocèse.

Pour le donateur, le denier donne le droit à une déduction fiscale. Les personnes assujettis à l’impôt sur le revenu peuvent déduire 66% de leur don.
Afin d’atténuer l’impact de la crise sur les dons de l’Eglise : les dons effectués au Denier entre le 2 juin 2021 et le 31 décembre 2022, bénéficient d’un taux de déduction relevé à 75%, dans la limite de 562 € par an. Au-delà de ce montant, la déduction reste de 66%.

Pour mettre en œuvre les missions de l’Église, les prêtres et les paroisses ont aussi d’autres ressources : les quêtes, les offrandes de cérémonies (Casuels) et les offrandes de messes, les legs et donations.

Le sens liturgique du Denier

Son sens est lié à la dîme d’Abraham et à l’offrande au temple. Nous pourrions l’appeler la « dîme de gratitude » ou « la dîme au temple ». Plus tard, Jésus a lui-même versé l’offrande au temple. Il a également signifié toute l’importance de ce que faisait la veuve qui mettait des pièces dans le tronc du temple.

Aujourd’hui,
Parce que tout nous est donné, nous pouvons à notre tour donner à l’Église, qui est le temple de Dieu.

Donner est aussi un signe de communion avec tous ceux qui forment l’Église, un signe d’appartenance.

Parce que le Denier est porteur de Fruits , Merci à tous nos donateurs !

Je donne au denier de mon diocèse : https://don.mondenier.com/reims/51/


Partager

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.