LA FÊTE DES SAINTS INNOCENTS - L'Eglise Catholique à Reims et dans les Ardennes

Actualités

Publié le 28 décembre 2019

LA FÊTE DES SAINTS INNOCENTS

samedi 28 décembre 2019, commentaire du Père Claude Collignon.

Cette expression  « fête des saints innocents »  est ancienne pour désigner ces petits enfants (« jusqu’à l’âge de deux ans » dit le texte de l’évangile) que le roi Hérode a fait tuer afin d’éliminer celui qui pouvait être son concurrent. (chapitre 2, versets 11 à 18)

En rapportant cet épisode, l’évangéliste Matthieu nous rappelle que dans l’histoire du peuple choisi, les forces du mal ont toujours cherché à s’opposer au dessein de Dieu. Ainsi, pour St Matthieu, Hérode ressemble étrangement au pharaon qui ordonne d’éliminer tous les enfants hébreux (voir le livre de l’Exode, chapitre 11). On retrouve la même idée dans le rappel de la tristesse de Rachel qui pleure ses enfants qu’on a tués (Matthieu chapitre 2, versets 17-18 citant le prophète Jérémie).

Cet épisode des Saints Innocents est donc une façon de nous montrer que dans la personne de Jésus se résume toute l’histoire du peuple de Dieu, l’histoire passée mais aussi ce qui arrivera par la suite. D’une part Jésus est comme Moïse qui fait sortir le peuple du pays d’Egypte (chapitre 2, verset 15), d’autre part il fait siens tous les massacres de son peuple car il sera lui-même, dans sa passion, la personnalisation de ces enfants tués par Hérode mais aussi de tous ceux qui, hier et aujourd’hui, subissent la violence à cause de leur foi.

Alors… « les Saints Innocents », est-ce seulement un épisode du passé ? Ou bien n’est-ce pas plutôt, à la manière de la Bible, comme une préfiguration de ce que vit en permanence le peuple de Dieu ?


Partager

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.