Deviendrons nous "porteurs saints" de la Bonne Nouvelle ? - L'Eglise Catholique à Reims et dans les Ardennes

Actualités

Publié le 23 avril 2020

Deviendrons nous « porteurs saints » de la Bonne Nouvelle ?

Jean-Lin Lepoutre est diacre à la Paroisse Saint André de l’Espace Missionnaire Reims Est. Il a écrit un texte sur ce que lui inspire le confinement.

Nous sommes tous confinés chez nous par précaution et par peur d’un tout petit truc que l’on ne voit même pas ! La nature, une erreur humaine nous n’en savons rien, mais la peur est bien là, irrationnelle qui nous amène à voir l’autre comme potentiellement contagieux.

Confinés chez soi avec la peur… tiens ça me rappelle une histoire entendue il n’y a pas longtemps ! Les disciples étaient verrouillés par crainte. Et Jésus vient et leur dit « La paix soit avec vous ».

Notre confinement est imposé, contrairement aux apôtres confinés par la peur d’être arrêtés. Même portes fermées, Jésus entre et nous dit : « La paix soit avec vous ».

Aussi je n’ai pas compris, au début, les limites du partage du pain et du vin : pour moi il ne peut y avoir de virus dans le corps et le sang de Jésus ! Mais il faut montrer au monde que nous sommes dans le monde même si nous ne sommes pas du monde (Jn17, 14-18) et donc montrer que l’on respecte les règles de ce monde. 

Puis je me suis dis aussi : la belle aubaine ! Je vais pouvoir prier plus que quand on travaille ! Mais depuis je comprends mieux la discipline de nos frères et sœurs cloitrés heurés et rythmés par la prière des heures. Parce que confinés à trois dans une maison, il n’est pas simple de : se retirer dans la pièce la plus retirée et de prier dans le secret… (Mt6-6). Chacun son rythme, respectons l’intimité de chacun avec son Père.

Alors comment continuer nos missions de baptisés enfermés chacun chez soi ?

La chance du XXIe siècle !

Pour une fois : les réseaux sociaux sont utiles ! Ils fourmillent d’idées (apéro virtuels, courses pour les autres, sms, whatsApp et surtout téléphone). Certains mouvements se réunissent par visio : conférence, la messe sur Youtube, idem les conférences et pour les plus doués des vidéos amusantes, culturelles et même spirituelles…

Les applaudissements quotidiens sont des signes de fraternité humaine (ces frères en humanité dont parlait St Jean Paul II).

Mais tout a une fin ! Notre vie sur terre prendra fin un jour et la vie de ce virus aussi ! Et ces personnes que nous regardons comme potentiellement contagieuses, nous même vus comme potentiellement contagieux, le deviendrons nous vraiment ? Deviendrons-nous « porteurs saints » de la Bonne Nouvelle, serons-nous enfin contagieux ?

Je ne veux pas être angélique et l’avenir de nos entreprises, et de mes frères commerçants peut nous faire craindre la disparition de beaucoup ! La concurrence déloyale qui règne en ce temps de confinement me rappelle cette béatitude « heureux ceux qui ont faim et soif de justice » ainsi que les 366 fois où les écritures nous disent « ne crains pas ». C’est alors que Jésus dit « la paix soit avec vous ».

« Heureux ceux qui ont faim et soif de justice » cette vilaine petite bête vient nous rappeler notre fraternité humaine et rappelle aux « grands de ce monde » que nous pouvons tous être touchés dans notre chair ! Que seule « petite sœur humilité » peut nous venir en aide et nous donner sa force avec la grâce de l’Esprit Saint.

Voila en quelques lignes, ce que tente de vivre un chti diacre confiné comme tous les autres et qui demande l’aide de son bon Seigneur pour vivre au mieux ce grand moment.        


Partager

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.