"De toutes mes années de vie religieuse, je n'ai jamais vu un tel partage" - L'Eglise Catholique à Reims et dans les Ardennes

Actualités

Publié le 28 avril 2020

« De toutes mes années de vie religieuse, je n’ai jamais vu un tel partage »

Sœur Marie-Daniel est sœur franciscaine réparatrice de Jésus Hostie à Signy-le-Petit dans les Ardennes (08). Elle a accepté de répondre à quelques questions sur sa vie en période de confinement. Voici son témoignage.

Comment vivez-vous ces jours confinés ?

Très simplement : nous ne faisons rien d’extraordinaire ! Nous essayons de nous mettre à jour en rangement et en jardinage, et nous prenons le temps de nous reposer un peu. Toutes nos activités peuvent se poursuivre, sauf en ce qui concerne la catéchèse. Mais nous essayons d’être présentes sous une autre forme, par téléphone surtout, pour ceux qui ne bénéficient pas d’Internet. Beaucoup de personnes nous appellent et nous disent : « Mes sœurs, prenez bien soin de vous ! » Nous prions avec beaucoup d’espérance, dans la louange aussi.

Comment avez-vous vécu la Semaine Sainte et Pâques ?

Nous avons vécu les jours saints grâce à RCF,  avec une profondeur toute particulière. Le Père Francis Leclercq – qui célèbre chez nous la messe tous les deux jours -, a aussi célébré La Vigile Pascale pour nous. Nous étions en très petit comité. Nous avons eu le sentiment d’être très privilégiées.

Qu’est-ce qui vous étonne le plus en cette période de confinement ?

Je n’ai jamais vu un tel partage. C’est tellement incroyable. Durant toutes mes années de vie religieuse, je n’ai jamais vu cela ! Nos bienfaiteurs nous apportent discrètement – et anonymement parfois – des légumes et des œufs tous les jours ! Nous avons reçu jusqu’à 50 œufs ! Imaginez un peu, nous sommes quatre dans notre communauté ! C’est très beau ! Les pauvres partagent ! Et nous, nous avons donné ce que nous ne pouvions pas consommer.

Lire le témoignage d’Eloi, 28 ans
« En confinement, la prière occupe une part plus importante de mes journées »

Qu’en tirez-vous comme réflexion ?

Je pense que nous comprenons mieux que nous ne sommes pas les « maîtres du monde ». Le confinement remet les choses en place.  J’espère que nous pourrons reconstruire sur d’autres bases. Nous gardons et approfondissons notre élan spirituel pour dynamiser ceux qui n’en ont pas, ou moins !

Nous devons aller à l’essentiel : la bonté, la beauté, la joie, la vérité, le don de soi, l’admiration, la simplicité à l’exemple de St François d’Assise (Nous sommes franciscaines !).

Grâce à l’Eucharistie qui vient vivifier nos capacités d’aimer, nous portons spécialement notre monde qui aspire à retrouver une vie nouvelle, plus fraternelle et plus équilibrée. Il est nécessaire de s’obliger à regarder le côté positif de toute chose : une vie libérée est une vie libératrice, une vie pacifique est pacifiante.

Que la Vierge Marie, Mère de l’Espérance, nous entraîne tous dans son sillage et ouvre les cœurs aux vraies valeurs !

Propos recueillis par Elisabeth Joubert


Partager

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.