e-pèlerinage Lourdes 2020 - Le mot de l'archevêque - L'Eglise Catholique à Reims et dans les Ardennes

Actualités

Publié le 17 août 2020

e-pèlerinage Lourdes 2020 – Le mot de l’archevêque

Lourdes ! Nous y allons pour vous. Nous : une délégation de vingt personnes qui accompagnent Mgr Feillet et moi-même. Nous y allons pour vous représenter en cet été où les voyages ne sont pas encouragés, où il n’est pas possible de transporter des personnes malades ou handicapées à travers la France entière, car il est encore nécessaire de limiter les déplacements du virus et les croisements entre personnes qui pourraient être contagieuses.

Pourtant, un diocèse comme le nôtre ne peut pas ne pas aller chaque année à Lourdes confier à Notre-Dame, la Vierge Marie, les intentions parfois urgentes qui habitent les uns et les autres. Tant de souffrances, tant d’inquiétudes, tant de projets aussi et d’espoirs d’avenir ont besoin d’être remis entre les mains de celle qui est venue à Bernadette Soubirous pour assurer que le chemin des êtres humains est accompagné par Dieu et que les plus modestes, les plus petits socialement ou culturellement sont la prunelle du cœur de Dieu. L’Église aussi : notre diocèse en tant que tel a besoin de se confier à Marie, mère de Jésus, mère de Dieu et mère de l’Église. Notre projet pastoral et missionnaire a été mis en place en janvier ; il a été « congelé » dès le mois de mars, au moment où nous pouvions commencer à sortir pour aller les uns vers les autres ; il convient de le relancer et, avant tout, de le confier à Marie : qu’elle nous obtienne la grâce de vivre pleinement du baptême et de l’Eucharistie.

Tous, nous sommes pèlerins. Vous chez vous ; nous, les vingt donc, à Lourdes pendant trois jours, nous vous portons devant la grotte de Massabielle, et nous portons tout le diocèse. Nous représentons les différents états de vie et les différentes parties de notre

diocèse. Nous avons besoin en retour d’être portés par vous, soutenus par votre prière et votre attention. Les moyens de communication permettent que vous suiviez ce que nous vivrons à Lourdes, les pages qui suivent vous en donneront le détail. Par la puissance du Christ, dans le baptême en sa mort et sa résurrection, nous sommes intégrés dans le Corps du Christ ; par son Eucharistie célébrée et reçue, le Seigneur lui-même vient à nous pour nous ouvrir à son Père et aux autres qu’il nous donne comme des frères et des sœurs que nous nous préparons à aimer pour l’éternité. La communion des saints circule entre nous. Elle nous soutient et elle nous dilate.

Notre pays et le monde entier ont vécu des mois étonnants. Nous avions oublié que les épidémies existaient ; si nous en entendions parler dans d’autres continents, nous n’imaginions pas que de tels événements pouvaient venir frapper des pays organisés scientifiquement comme le nôtre. L’incroyable sophistication de nos sociétés a permis que, pendant deux mois au moins, presque toutes les activités s’arrêtent, soient suspendues, pour éviter la propagation du virus. Beaucoup d’entre nous n’ont pas été atteints ni eux-mêmes ni dans leurs proches, mais certains de ceux et celles qui ont été atteints ont beaucoup souffert et portent des séquelles de ce virus.

Certains ont vu mourir des proches sans pouvoir les accompagner à l’hôpital et ont dû célébrer leurs obsèques avec seulement un tout petit nombre de proches, sans pouvoir s’embrasser, se serrer les uns les autres dans les bras, se tenir par l’épaule… À Lourdes, nous portons tout cela. Mieux : nous portons tous ceux-là et toutes celles-là. Nous confions les défunts à Marie, dans le mystère de son Assomption, la reine des cieux. Nous confions ceux et celles qui restent dans le chagrin et la douleur de la solitude à Marie, Notre-Dame au pied de la croix et devant le tombeau, qui, en son cœur transpercé de douleur, vit dans la foi les douleurs de tous et chacun de nous.

Le thème de cette année à Lourdes est : « Je suis l’immaculée conception ». Marie a été conçue sans être marquée par le péché originel. Cela veut dire que notre humanité n’est pas prisonnière du péché. L’une de nous y a échappé totalement. Elle en a été préservée par une grâce toute spéciale de Dieu, par une intervention spéciale du Créateur, mais aussi parce que, en elle, tout ce qui avait été vécu de sainteté en Israël et même dans l’humanité entière a été récapitulé par Dieu, recueilli au long des âges et rassemblé pour permettre que Marie, fille d’Anne et de Joachim, naisse comme toute enfant des hommes mais libérée dès le départ de toute complicité avec le péché. Le péché n’est pas un « plus » dans l’humanité, c’est un « moins », une destruction, une corruption de notre humanité à tous et à chacun. Le péché nous sépare les uns des autres, tandis que la sainteté, celle du Christ d’abord, de Marie ensuite, les rend capables de s’approcher de chacun de nous, de tout être humain, avec délicatesse, avec douceur, avec vérité. « Je suis l’immaculée conception » : Marie se nomme ainsi devant Bernadette Soubirous ; elle ne dit pas ce qui la différencie de nous autres, mais le privilège qui lui permet d’être vraiment toute à tous. En elle se réalise le grand projet de Dieu créant les humains nombreux et divers : que nous soyons hospitaliers les uns aux autres, que nous soyons capables de nous accueillir les uns les autres dans nos espaces intérieurs. Notre projet diocésain essaie d’exprimer une dynamique missionnaire : que nous allions à la rencontre de tous, comme Marie a rencontré Élisabeth, dans ce que nous appelons la visitation, dans la joie de l’Esprit-Saint. Que Notre-Dame de Lourdes nous aide à nous accueillir les uns les autres ; qu’elle nous obtienne l’audace d’aller vers ceux et celles qui nous entourent pour leur apporter quelque chose de la bonté de Dieu qui nous est manifestée dans le Christ.

Chers amis, chers frères et sœurs, le livret que vous avez entre les mains vous permet de suivre les pèlerins qui sont à Lourdes en ce mois d’août en votre nom. Accompagnez-nous. Nous essaierons de venir vous voir à notre retour. Notre pèlerinage 2020 est tout petit en nombre visible ; pourtant, il emmène chacun et chacune de vous et il est porté par chacun et chacune de vous. Marie, Notre-Dame de Lourdes, Notre-Dame de Neuvizy aussi, vous accueille à travers nous. Elle intercède pour vous, elle rapproche de chacun de vous la douceur de Dieu. Ensemble, ici ou là-bas, unis profondément, soyons pèlerins. Que celle qui a été conçue sans péché nous accompagne au long des jours,

Mgr Éric de Moulins-Beaufort


Partager

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.