Abus sexuels dans l'Eglise : appel à témoignages - L'Eglise Catholique à Reims et dans les Ardennes

Actualités

Publié le 3 juin 2019

Abus sexuels dans l’Eglise : appel à témoignages

Ce lundi 3 juin, la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur les abus sexuels au sein de l’Eglise Catholique en France a lancé un vaste appel à témoignages afin que toutes les personnes victimes d’abus puissent contribuer au nécessaire travail de vérité.

Cette commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (CIASE), missionnée par le Conférence des Évêques de France (CEF) et par la Conférence des Religieux et Religieuses de France (CORREF) est composée d’une vingtaine de membres – croyants ou non – recrutés pour leurs compétences en médecine, droit, psychologie, théologie… Cette commission est présidée par Jean-Marc Sauvé, ancien vice-président du Conseil d’Etat. Sa mission est de mesurer l’ampleur des abus sexuels depuis 1950 en France. Au terme de 2 ans, elle devra rendre public un rapport, et formuler des préconisations.

La commission retient une définition large de l’abus sexuel, entendu comme toute agression, exploitation ou atteinte sexuelle, sous quelque forme que ce soit. Pour définir les victimes, si l’âge de la majorité est clairement fixé par la loi, la notion de « personne vulnérable » doit être précisée : la CIASE range dans cette catégorie les majeurs protégés au sens du droit civil (personnes sous tutelle, curatelle…), mais aussi les majeurs en situation de vulnérabilité, c’est-à-dire les personnes qui, dans le cadre d’une relation de hiérarchie, d’autorité, d’accompagnement spirituel ou d’emprise, se sont trouvées engagées dans une relation à caractère sexuel non librement consentie (par exemple une religieuse vis-à-vis d’un confesseur).
Les auteurs concernés des abus sont non seulement les prêtres et évêques, mais aussi les religieux et religieuses, les personnes en formation (séminaristes et novices, notamment), les diacres et les laïcs consacrés ou « menant la vie commune » (parfois désignés sous le nom de « communautés nouvelles»). Ce champ inclut donc, au-delà des abus commis dans les paroisses et les congrégations ou communautés religieuses, ceux qui ont eu pour cadre des aumôneries, écoles, internats et mouvements de jeunesse catholiques. L’objectif de la CIASE est de prendre la mesure quantitative et qualitative, aussi complète que possible, de ces actes depuis 70 ans et de faire la lumière sur leurs causes et leur traitement, sans laisser subsister de zone d’ombre.

(Source : site eglise.catholique.fr)

Toutes les victimes ou témoins d’abus commis par des prêtres ou des religieux sont invités à prendre contact avec l’équipe que la commission a créée en lien avec la fédération France Victimes.

Numéro de téléphone: 01 80 52 33 55 (tous les jours 7j/7 de 9h à 21h)
Courriel : victimes@ciase.fr
Adresse postale : Service CIASE – BP 30 132 – 75525 Paris cedex 11
https://www.ciase.fr

L’anonymat sera préservé.


Partager

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.